Aller au contenu principal
19 janvier 2018 / avec1o

Phares malagasy

Phare de l’île Sainte Marie

Il a été construit en 1931 et mesure 18 mètres de haut. Il est indifféremment appelé phare Eiffel ou phare Albrand. Dominant de 78 mètres le niveau de la mer, il fonctionnait autrefois grâce à une lampe à pétrole. Il y aurait possibilité d’accéder à la passerelle par un escalier intérieur en demandant l’autorisation à un gardien, mais voilà…

On m’avait parlé de ce phare, je savais que j’allais aller le croquer. Après m’être délectée des paysages du nord de l’île et du bleu limpide des piscines naturelles, j’ai garé ma petite moto en contrebas de ce phare abandonné. Abandonné, c’est le terme… des constructions fantômes, envahies d’araignées géantes (mon Dieu, qu’elles n’aient pas l’idée de descendre) survivent au pied du bâtiment géant. Comme presque à chaque dessin, je tente de m’approprier le lieu en en faisant le tour. Je m’autorise à pousser la porte qui n’est pas verrouillée, constate l’état de délabrement et de rouille avancé des marches et de l’ensemble du phare en général. Le vent souffle, renforce l’ambiance fantomatique. J’enregistre. Si à un moment j’avais pensé accéder à la passerelle, à ce moment précis j’abandonne. Il serait suicidaire de tenter l’ascension. Marches en dentelle d’acier. Drôle d’endroit construit par les français, totalement laissé à l’abandon, en décrépitude. Le phare est en plein virage, on le voit à peine quand on vient du sud, il domine la route quand on rentre du nord. Quoiqu’il en soit, l’endroit est peu fréquenté, et si un couple de français rencontrés plus tôt s’arrêtera, je serai seule à ma concentration le reste du temps.

Les araignées sont restées sages et en lévitation…

phare de sainte marie

Phare Blevec de l’île aux nattes

 

On m’avait parlé des phares de Madagascar…

Ayant croqué celui de Sainte Marie la veille, je suis allée explorer l’île aux nattes pour y dénicher le phare du Blevec, construit en 1914, qui fait partie des plus anciens phares de Madagascar hérités de la France. En 2011, un rapport précisait que la lumière, alimentée par deux batteries d’automobile, était toujours fonctionnelle malgré sa mauvaise apparence. Question chiffres, il mesure 34 mètres de hauteur, 7 mètres de diamètre. Il est de noir et blanc vêtu sauf… sa petite porte d’entrée, peinte en vert anis. La rouille l’a embelli de nuances d’ocre plus ou moins foncées.

Je pars matinalement de Sainte Marie, traverse l’étroit bras de mer qui la sépare de l’île aux nattes, m’enfonce dans l’île par le sentier principal, et grimpe jusqu’à la maison blanche d’où la vue est grandiose. 360° de vision panoramique, sur la forêt, le lagon, l’eau turquoise et sur sa grande sœur Ste Marie. De là, une employée m’indique le chemin pour le phare. La route n’est pas balisée mais il ne me faut pas très longtemps pour le découvrir au détour d’un virage. Comme la plupart des bâtiments coloniaux, il laisse un sentiment de construction fantôme. J’en fais le tour pour trouver le meilleur angle et m’installe au soleil, en contrebas. Pas le plus facile, mais de mon point de vue, le plus intéressant. Tandis qu’un français, futur résident de l’île, me raconte sa vie, je croque, concentrée, sans me laisser distraire. Le temps m’est comme à chaque fois compté en cette saison des pluies, même si le ciel semble clément.

Il n’y a pas grand monde sur ce dessin, l’endroit est peu fréquenté. Les oiseaux chantent et j’enregistre. J’ai chaud et le soleil dans les yeux. Je le croquerai de l’autre côté, assise sur un rebord de fenêtre abandonnée. Temps hors du temps, no man’s land paisible, propice à la réflexion…

phare du Blevec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :