Aller au contenu principal
1 août 2016 / avec1o

4ème semaine… option nature

 

 4ème semaine… Ca y est, un mois que je suis là, je vais aborder le deuxième avec déjà la grande envie de revenir.

Mais pour l’heure, revenons ensemble sur les faits marquants de cette semaine.

Lundi 25 juillet 2016

Je profite de la présence de Marie pour explorer le Rorota en marchant. Il paraît qu’on y observe de la faune remarquable. Trop occupée à éviter l’entorse quand j’y vais courir, je n’ai jamais vraiment pris le temps de lever les yeux pour chercher les animaux qui se cachent à la cime des arbres. Sitôt ma tournée de domiciles achevée, nous longeons la route des plages jusqu’au Fort Diamant, qui sera le point de départ de notre randonnée estimée à 8,6km. Nous abordons les difficultés en traversant un jardin —– et une jolie bambouseraie. Ca grimpe assez rapidement et la chaleur n’aide pas forcément à trouver le rythme. Nous croiserons un spécimen étrange, spécialiste en matière de camouflage, presque invisible sur son tronc, et de belles toiles d’araignées. Le sentier de 1,7km entre Fort Diamant et la boucle de 5,2km du Rorota est moins fréquenté, et les cheveux d’ange sont légion sur le sentier. En fin d’après-midi, les randonneurs et coureurs sont nombreux, nous traversons des passages de troncs coupés, nous longeons des rivières, passons un pont, sommes entourées de vert (le rouge et le vert sont complémentaires…). Mais celui que nous cherchons tarde à se montrer. Il se niche au sommet des arbres canons. Il est grand mangeur de feuilles, est spécialiste lui aussi en matière de camouflage, il n’a absolument pas le poil soyeux, et le film Zootopie l’a stigmatisé à jamais (https://www.youtube.com/watch?v=H5TQ-uDqDrU). Il s’agit bien sûr du mouton paresseux. Marie a l’art de les dénicher. Nous en verrons 3, dont un nous fera le plaisir de bouger (si, si, ça arrive !!) en descendant le long de son tronc. Nous apprendrons que mouton paresseux ne se traduit pas lazy sheep en anglais, mais plutôt sloth et enfin, j’en aurai vu de mes yeux ! Merci Marie !! Nous redescendrons un brin accompagnée par l’obscurité (le jour tombe vite en Guyane, ce qui nous permettra de surprendre une compagnie de Capucin dans la bambouseraie de départ. Just on time !!

Mercredi 27 juillet 2016

Journée de travail qui commence par un footing sur la plage qui me fâche fort (mais je ne reviendrais pas dessus) mais qui se termine par un massage Thaï. Au détour d’une conversation sur le voyage avec un patient, j’aborde mes allers retours en Thaïlande et les formations suivies là-bas. La curiosité l’emporte et j’ai le plaisir de faire découvrir à mon patient ce massage. Pas tout à fait banal un massage thaï réalisé par une française sur le sol guyanais. Mais il est adopté ! Je devrais penser à monter une affaire ici… !

Jeudi 28 juillet 2016

Invitation lancée à Maud et Désirée pour venir prendre l’apéro à la Colline et aller embêter les tortues. Nous avions une bouteille de rouge à partager, gagnée sur l’écolodge de Jal Voyages lors de notre sortie dans les marais de Kaw, après avoir été les plus brillantes au jeu des noms d’oiseaux. Du coup, c’est ce soir ! Et pour compléter la soirée, armées de nos frontales et de bières, nous arpentons la plage à la recherche des tortues pondeuses. Un groupe éclairé nous indiquera la présence d’une tortue olivâtre. Elle a rempli sa mission et s’en retourne à l’eau. Elle n’est pas très grosse, mais c’est toujours impressionnant. Le groupe se disperse et nous savons déjà que nous ne nous contenterons pas de cette maigre rencontre. Il est environ 23h et nous savons que potentiellement, d’autres seront au rdv. Il nous faudra marcher environ 20 minutes de plus pour apercevoir une Olivâtre toujours, ascensionner la plage. Chouette ! Nous assisterons à toute la cérémonie. Elle creusera son trou, nous arrosera de sable, avec une précision d’horloger, que ne laissent pas présager ses pattes préhistoriques, aura un moment de répit (la ponte) puis entamera une espèce de danse statique pour tasser le sable après avoir recouvert le nid, là encore avec une dextérité à couper le souffle. Nous l’avons surnommée Gaïa, déesse de la terre. Nous sommes les seules privilégiées, nous l’avons pour nous toutes seules. Cela durera presque une heure. Au moment de repartir à la mer, des membres de l’association Kwata (http://www.kwata.net/) lui injecteront une puce électronique. Ils longent la plage toutes les nuits, les baguent pour suivre leur évolution, nous confirment qu’elles sont en danger d’extinction, particulièrement les Luth. Ils font vite. Apparemment cette nuit, c’est tout calme. Si j’en avais vu tant de traces l’autre matin, c’est qu’elles sortent en bande, un esprit grégaire qui les protège des prédateurs. Il est 1h quand j’éteins mes yeux. Ils risquent de piquer demain…

Vendredi 29 juillet 2016

Fin de semaine, et fin de journée au musée de la Franconie, où je rejoins Guillaume et Marie. Il est ouvert au public ce soir, en nocturne. C’est une occasion d’en connaître un peu plus sur la faune, l’histoire, l’art guyanais. Le musée est vieillot, l’exposition un peu fouillie, mais le cadre est splendide. Superbe maison créole ouverte, en teintes de bleus. Un brin d’esprit colonial, toute ouverte, avec de grandes pales de ventilateurs aux plafonds. Nous finirons sur la place des palmistes à croquer nos sandwich achetés Chez Momo, l’asiatique. Les petits camions de junk food sont de sortie, nous rentrons dans le week-end.

Week-end des 30/31 juillet 2016

Sentier du Molokoï avec Marie. « Le sentier Molokoï est un sentier de randonnée pédestre qui propose un itinéraire de 18km traversant des forêts primaires et secondaires, talwegs, criques, bas-fonds humides et chaos rocheux. A mi-parcours, des carbets refuges et une zone de carbet bivouac pour carbets-baches permettent d’effectuer la randonnée en deux étapes er de passer la nuit en forêt ». Ca fait un moment que ça nous trotte dans la tête. On avait un peu anticipé dans la semaine, et après être passée par un magasin de ravitaillement, nous prenons la route vers l’auberge des Orpailleurs, à une heure de Rémire, point de départ de cette randonnée de 18km en forêt, que nous projetons de faire sur deux jours, avec une nuit à passer en carbet.

Il sera 11h18 quand nous prendrons le départ après avoir déposé notre voiture et sa clef aux propriétaires de l’auberge. Nous sommes assez rapidement mises dans le bain (au sens propre, il ne servira à rien d’essayer d’éviter de mettre les pieds dans l’eau ou la boue !). Il fait bien chaud sous les arbres, bien humide aussi. Rando en milieu tropical en fait ! Arrêt pique nique, et nous traversons plusieurs types de forêts. Nous entendons bien quelques oiseaux, sans arriver pour autant à leur mettre de noms dessus. Nous croisons aussi quelques habitants pourtant camouflés. Juste assez pour se dire que nous en sommes entourées ! la fin d’après-midi est plus dure. Nous avons eu la malchance de tomber sur le panneau PK7 (qui nous indique le 7ème km parcouru) et nous cherchons du coup les autres. Le 9ème tarde à apparaître. Peu après, nous croisons une piste, la piste boulanger, qui permet d’accéder au sentier plus facilement et de secourir les randonneurs en cas de besoin. Parce que quand même, même s’il est balisé et aménagé, le sentier reste sport et hostile. Il ne sera pas question de se faire mal… A 17h et des brouettes nous croisons deux hommes qui nous confirment qu’il reste un peu de place dans les carbets pour poser nos hamacs. Ouf, nous ne dormirons pas à la belle étoile, mais dans le carbet cuisine, au dessus des tables. Il faudra juste les tendre davantage. A PK11, nous entendons enfin du bruit, signe que nous sommes arrivées. Les deux carbets sont pleins, nous monterons donc en effet nos hamacs dans le carbet cuisine. Nous commençons par cela, histoire de s’en affranchir. Puis douche dans la salle de bain collective, la rivière, pause croquis, bilan de la journée, papotage avec nos voisins, Elisabeth et Pierre, le géologue, Flavien et Quentin, et dîner de salade de riz. La pluie tombera dans la nuit, ce sera une grande première pour moi, première fois en hamac, première fois en carbet, première fois en hamac moustiquaire. Il ne faudra pas penser à la mygale qui dort sous la tôle du carbet, au fait que des animaux peuvent venir nous visiter, ou que je peux tomber de mon couchage…

Et bien, rien de tout ça… ! Une bonne nuit même. Petit déjeuner, pliage de campement, strap de cheville… (on n’est pas mal entourées, les trois carbets recensent un médecin, une infirmière et deux kinés. Question soins, ça devrait aller) et c’est reparti. Il nous tarde un peu d’être à Cacao, où nous rejoint Guillaume. D’autant qu’en plus de la cheville, il y a maintenant le genou. Une bête histoire d’inattention qui rend les descentes pénibles. Ca n’empêche pas de profiter d’un cadre assez enchanteur, même si la pluie a décidé d’être dense et transperçante sur la fin de la rando. Arrivée au village Hmong, nous serons sales, odorantes et lasses, mais assez fières de l’avoir fait. Nous n’attendrons pas Guillaume pour nous restaurer d’amuse gueule asiatiques, et l’accompagnerons sur la soupe vietnamienne. Il y aura encore le planeur bleu, un musée de papillons et autres bestioles guyanaises (dont les mygales…) et puis, il faudra faire la route jusqu’à l’auberge des orpailleurs pour récupérer la voiture. Un café et ça repart, mais pas pour longtemps… Le début de semaine approche bien trop vite !

Si l’on fait le bilan de ces deux jours, ça donne :

  • 2 serpents
  • 2 grenouilles
  • des oiseaux en pagaille, comme un sifflement, une scie circulaire ou une fraise de dentiste
  • 1 écrevisse
  • des chablis
  • des rivières de boue à traverser
  • des lucioles
  • de bruyants crapauds
  • des chauve souris
  • une mygale
  • des lézards, dont un, un peu balaise…
  • et des arbres à gogo, des plantes épiphytes, des arbres remarquables, la terre rouge de latérite
  • une cheville en vrac, un genou contusionné, un lavage de chaussures et de sacs au jet d’eau, une grosse tournée de linge
  • plus de 9 litres d’eau
  • 9 heures de rando en cumul
  • et j’en oublie, forcément !

Et, comme d’habitude :

Zut, demain c’est lundi !!

Bonne semaine (en images de ce bilan…)

2 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Miwenn Guimama / Août 5 2016 17 h 14 min

    Je viens de me régaler avec toutes ces images et commentaires. Toujours autant de talent Lorette! et puis je reconnais des visages qui me sont chers, des paysages, j’entends le kikiwi et revois le vol magique du colibri au petit déjeuner, je retrouve des parfums, des senteurs et j’en découvre de nouveaux.
    Merci pour ce partage. Bises… à partager si tu veux bien!

    • avec1o / Août 6 2016 2 h 32 min

      Merci de tous ces compliments… Ce voyage en Guyane est en effet un voyage délicieux, dont je n’attendais pas autant. Nous le partagerons au retour de vive voix c’est sur, mais tout ça est déjà bien sur partageable en attendant, j’écris pour cela. A très bientôt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :