Aller au contenu principal
22 juillet 2016 / avec1o

J’ai vu émerger une tortue…

Premier indice : mais qu’est ce donc ?

FullSizeRender_1

Deuxième indice : le premier en plus gros…

FullSizeRender_2

Troisième indice : ça se passe un soir de pleine lune

IMG_0985

C’est tout petit, pas très net sur la photo, un peu pataud sur terre, bien plus agile dans l’eau, et c’est tellement, mais tellement attendrissant…

FullSizeRender

Elle, c’est la Luth. Adulte elle mesurera plus d’un mètre soixante et pourra peser dans les 900Kg. Pour l’heure, celle croisée en sortie du bar Coco Soda, sur la plage de Montabo ne mesure pas plus de 10cm. On a vu un attroupement, on s’est approchés, on a eu une chance incroyable, assister à l’émergence. L’émergence, c’est le terme employé pour désigner la sortie des petites tortues du trou profond dans lequel les a protégé leur maman 60 jours plus tôt. Elles peuvent mettre jusqu’à 5 jours pour en sortir. Il y a une éclaireuse, celle là sortira la première et donnera le signal à ses frangines, quand la température a baissé et qu’elle est sûre de l’absence de prédateurs, pour sortir et rejoindre la mer. Surtout ne pas l’aider en la prenant dans ses mains pour la mettre dans l’eau. Elle fait du renforcement musculaire en « nageant » à la surface du sable (ces sortes de marques de mini tracteurs, mes premiers indices… Pour les grosses, celles qui viennent pondre, je vous assure que les traces sont impressionnantes et que les trous sont conséquents. Un vrai champ de mine !!). On suppose aussi qu’elles garderont mémoire de leur trajet, le premier sur terre, et qu’elles reviendront à cet endroit pour pondre à leur tour quand elles seront adultes.

Elles se guident à la lumière des reflets sur la mer pour trouver leur chemin. Il ne faut pas les éclairer, ni les flasher, sans quoi elles perdent leurs repères, et si elles tardent trop à se mettre à l’eau, elles se séparent de leurs sœurs et deviennent alors plus vulnérables face aux prédateurs (oiseaux, chiens, poissons, rapaces…). C’est bien connu, l’union fait la force.

Bien sur, l’homme aussi fait des dégâts… avec ses filets, avec ses ramassages d’œufs, les sacs plastiques lâchés dans les océans.

C’est la pleine période de ponte, le début des émergences. Les Luth sont sur la fin de la ponte, mais c’est au tour de la tortue olivâtre. L’association Kwata (www.kwata.net) propose des sorties gratuites d’exploration sur les plages du coin. Mardi nous étions sur celle de Montabo, ce matin jeudi, c’est sur celle des Salines que j’ai rejoint un groupe qui encourageait l’éclaireuse fatiguée pour qu’elle rejoigne ses sœurs sans tarder. J’étais sans appareil photos, mais avec mes runnings, et je vous assure que, du matin, une rencontre comme ça, ça donne le sourire pour une bonne partie de la journée. Quel miracle de la nature, c’est assez merveilleux.

Marie arrivant demain soir, j’espère bien que nous aurons l’occasion de retourner à la « chasse » à la tortue, et que nous aurons la chance d’en revoir, des grosses peut être, qui sait, et peut être aurai-je alors mon appareil…

En attendant, note pour mes 40 ans : garder trace de mon passage en Guyane, en me faisant graver une tortue à l’emplacement de ma marque actuelle de tongs. Je ferai d’une pierre deux coups, le tatouage est culturel ici, la tortue, un habitant des lieux. On ne m’avait pas dit à quel point la Guyane pouvait marquer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :