Aller au contenu principal
3 avril 2014 / avec1o

Retour au pays…

La frontière franchie, me voilà en terrain connu. Oui, le trajet va être long (nous arrivons à 22h30 en ayant décollé à 9h30), oui, il va être inconfortable (la poussière est pénétrante, elle a envahi l’habitacle et recouvrira nos sacs à dos), et oui on aura trop chaud… Mais je le passe en charmantes compagnies : Cédric, tout d’abord, un voyageur pour 6 mois, voisin de siège, et Catherine et Isabelle, françaises elles aussi en voyage au Laos et au Cambodge pour quelques semaines. On partagera le touk touk, arrivés à Phnom Penh. Direction chez Elena, négociation en khmer, sourire aux lèvres malgré la fatigue. Un accueil digne de ce nom, une Elena en pleine forme qui m’attendait, quel plaisir de la retrouver!

image
Les trois jours qui vont suivre mon arrivée vont essentiellement être occupés à aller nager, faire des achats / souvenirs, profiter d’Elena, me perdre dans la ville, aller visiter et faire la surprise de mon retour aux collègues… Qui préparent activement la charity party, grosse kermesse organisée par PSE où se mêlent stands de nourriture des différentes régions du Cambodge, jeux de pêche à la ligne ou de fléchettes, de ballons et de maquillage, pour les enfants, et une scène avec concerts et piste de danse (à la cambodgienne..,!). Avec Alizée et Clotilde, les voisines d’Elena, Jean Paul et Noémie, ses collègues, c’est pour aller manger et danser que nous nous rendons cette fois au stade olympique!! Grosse organisation, belle soirée, beau partage avec les collègues et connaissances de PSE, les expatriés rencontrés lors de mes trois premiers mois, les amies… Jolie synthèse et encore une fois, vraiment le sentiment d’être un peu chez moi à ce moment là.


D’autant qu’à Phnom Penh, j’ai trouvé une famille en la famille de Sophea, chez qui je m’étais invitée en milieu de semaine, et qui m’a gardée à dormir. Au programme de cette soirée, aller chercher les enfants à l’école (et les ramener, leurs petites mains dans les grands miennes…), préparer la table et aider au repas, se doucher dans la salle de bain récemment construite, essayer d’ouvrir les coquillages de kep (ce qui me vaudra les railleries de tout le monde!), partager le gâteau plein de crème et de couleurs chimiques que j’avais ramené et que les enfants adorent, les regarder faire leurs devoirs avec leur papa en rédigeant mon cahier de bord, et aller me coucher dans la chambre parentale, la seule avec matelas et sommier. Un privilège, une chance, de pouvoir ainsi vivre l’intimité de la famille. Sakada, l’aîné aurait voulu que je revienne le soir. Grand bonhomme de 9 ans bientôt que j’ai connu bébé en 2005 lorsque j’embauchais Sophea pour le compte de rizière… Je les aime beaucoup, pour sûr que tous vont me manquer…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :