Aller au contenu principal
17 mars 2014 / avec1o

Entrée au Laos

Sa fleur nationale, la fleur de frangipanier, de celle que je porte à mon coup depuis que Sandra m’en avait offerte une en janvier en Australie. Je ferai donc dans la couleur locale.

image Sa boisson nationale, la beerlao, de celle qui emplit nos verres depuis notre entrée au pays. Nous devrions là aussi faire couleur locale grâce à notre consommation quotidienne de cette bière.

En remettant les pieds en Asie du Sud Est, j’ai retrouvé:

Sophie et Laurent, des amis roannais venus fouler le sol asiatique pour la première fois

Les marchés authentiques et leurs étals surprenants

Des transports collectifs poussiéreux et locaux

La chaleur et la moiteur Le Mékong…

Entrée en matière à Vientiane pour 24h puis direction Van Vieng, à 3h30 de route au nord, ancien paradis des australiens avant qu’une dizaine de touristes ne meurent tragiquement dans un excès de fête il y a trois ans, mais pour qui la réputation de ville saccagée colle encore sacrément à la peau. Du coup, ça a nettement épuré le lieu et ce n’est pas Ibiza comme ce qu’on pouvait en attendre, rapport à ce que nous en avions lu, mais plutôt un petit village, bien marqué cependant par le tourisme aux vues des nombreux restaurants, guest houses et magasins de souvenirs qu’on y trouve. Ce n’est plus une chambre mais une suite, cette chambre pour trois pour une bouchée de pain dans laquelle nous arrivons…

Au programme de cette escale, une virée en moto, une boucle dans la campagne autour de Van Vieng, au milieu des rochers sortis de terre, des formations karstiques et de surprenants reliefs montagneux. Plusieurs étapes sur ce sentier / piste poussiéreuse : la grotte de Tham Poukham et son blue lagoon, où nous nous baignons, mais pas question d’y rester pour déjeuner, trop de touristes au mètre carré! Puis la golden flower cave, où nous faisons une très belle rencontre. Contrairement à la première, cette grotte est un peu confidentielle, en plus d’être mal indiquée. Au bout d’un chemin et de quelques centaines de mètres à pied, nous débouchons dans un superbe jardin très bien entretenu. Une femme nous accueille et contre 10000 kips, l’équivalent d’un euro, nous attribue note ticket de droit d’entrée, bout de page de carnet quadrillé, avec la date écrite à la main… Trop mignon! Nous allons explorer la grotte de fond en comble, à la lumière de ses frontales, de ses lampes torches, bien plus puissantes que les nôtres. Ça brille au plafond, ça dégouline de calcaire, paysages de cire fondue, mais celle ci est dure et froide. C’est beau, c’est grand, c’est calme, c’est rien que pour nous! Il nous faudrait un expert en géologie pour ne pas rester que sur une version sensible de cette visite, mais qu’importe, celle ci se suffit à elle même, et puis, l’expert en géologie, on ne l’a pas! Sur le retour, on passera bien du temps sur nos petites mobylettes, à avaler les kilomètres, en plus de la poussière rouge environnante! Sortie d’école et dizaines de vélos chevauchés par des étudiants en jupe traditionnelles ou pantalons bleus foncés et chemises blanches. Il fait si beau que le parapluie est de sortie. Foule de « sabaïdi » (bonjour) au passage, cortège de deux roues. Un shake de fruit frais, un bain de pied dans la Nam Song, et une bonne douche plus tard, il est déjà temps de s’attabler pour se délecter de nouveau d’un délicieux plat laotien, avant de se faire masser… Je sens que ces 15 jours vont ressembler davantage à des vacances qu’à du voyage…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :