Aller au contenu principal
11 mars 2014 / avec1o

Shangri La, aux portes du Tibet

Anciennement Zhongdian, elle a été rebaptisée en 2001. On est au nord du Yunnan, à 3200 mètres d’altitude, 2h30 de bus des gorges du saut du tigre, 12h de bus de Kunming. La moitié de la vieille ville a brûlé le 14 janvier de cette année, une histoire de chauffage à ce qu’il paraît. J’ai croisé à Beijing des français qui y était. Les maisons sont en bois, comment arrêter la progression du feu? Deux mois après, une grosse partie de la ville est encore un champ de ruines. Les bulldozers évacuent, déblaient, transportent les matériaux de re construction. Quelques maisons neuves, plein d’établissements fermés en cours de rénovation. J’ai croisé des touristes qui ne s’y rendaient pas à cause de l’incendie. Et en effet, la ville est presque déserte de blancs, en plus d’être une ville très très calme, la première je crois depuis que j’ai mis les pieds en Chine. Je n’y suis que pour 24h, un caprice presque de pousser l’itinéraire aussi loin. Mais j’ai une bonne raison. On m’a parlé de l’influence bouddhiste du lieu, on m’a parlé d’un temple, on a évoqué l’habitat laddhaki, les drapeaux à prière. J’avais envie d’aller voir, d’aller dessiner les drapeaux flottant, dispensant leurs prières au gré du vent. Un rappel du Népal, du Laddakh, un petit air de Tibet. Sur la route qui nous y menait, on commençait à voir les stupas blanches et leurs drapeaux multicolores qui ponctuaient le paysage. Et puis ces sommets enneigés tout autour, des plus de 5000m au loin, de la neige sur le bord de la route (être en tongs était un tout petit peu présomptueux je dois dire, mais j’avais mon écharpe donc tout allait bien!), et des yacks dans les prés. Pas à dire, ça sentait la haute altitude asiatique! À peine sortie du bus et enregistrée dans un dortoir que j’avais pour moi toute seule, je suis allée explorer la vieille ville de nuit. Un temple en hauteur, deux bonzes, le plus jeune m’invitant à saisir les trois bâtons d’encens qu’il me tendait et à faire le tour de la pièce en priant. J’ai pensé très fort à Mani, ma filleule, à Antoine son père, à comment le bouddhisme était entré dans ma vie il y a plus de 10 ans maintenant. C’était un très beau moment, tout serein… La ville en proie à un vent glacial, était enveloppée dans une obscurité noire que seul l’éclairage des bâtiments religieux venait rompre vraiment. En rentrant, j’ai trouvé une petite auberge pour me restaurer d’un plat maison. Était ce du yack, cette viande un peu salée? C’était tendre et fort, mais pas de langage en commun avec les maîtresses de maison, donc pas moyen de savoir!

A shangri-la, l’objectif annoncé était d’y dessiner. Donc, le lendemain, après une marche d’approche pour contourner le racket de 110 Yuan à l’entrée du Songzanlin monastery (le petit potala, un temple tibétain), j’ai capté les murs de l’enceinte de déambulation des pèlerins, sans saisir les pèlerins eux mêmes, me suis régalée en arpentant les ruelles au sein de l’enceinte, en entrant dans les salles de prières, chargées comme jamais de peintures aux couleurs vives, d’objets religieux, de tentures, en observant les bonzes, petits et grands dans leurs robes grenat. Puis, au soleil, au milieu de la vieille ville, croquis de stupa, pour finir par une dernière dans un parc un peu en retrait sur la fin d’après midi.

Objectif accompli donc, avant de reprendre le bus de nuit (ça faisait longtemps!) pour Kunming. Je quitte la Chine avec cette ultime étape… Pas que le bouddhisme ne soit pas présent en Asie du Sud Est, mais ce n’est pas tout à fait le même. Celui là m’inspire davantage. Aucun regret de cette jolie boucle dans le Yunnan!

3 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Jorge / Mar 12 2014 5 h 30 min

    Coucou ma tite Lorette,

    J’ai hâte de ton retour !!! De voir ces merveilleux dessins que tu as du faire tout le long de ce grand et merveilleux voyage. Argh… Comme je t’envie… Mais oui, pour une fois je deviens envieux.
    Comment faire autrement devant tout cela ?
    Y-a-t-il un seul imbécile qui refuserait ta chance ? Je ne pense pas…
    Par contre on est très nombreux à ne pas y parvenir comme toi ! Hélas…
    Prends bien soin de toi, profite et amène moi le monde du bout de ton crayon. Si tu as l’occasion et si pas trop cher ni trop lourd à porter, prends moi un pinceau chinois, en souvenir de cette merveilleuse croisade.
    Je te le règlerais au retour… Pas de souci.
    Et puis, j’ai eu un très beau vernissage… Plus d’une centaine de personnes, il ne manquait plus que toi. Difficile à gérer…
    Mais tout comme avec toi, des relations de cœurs au milieu de la couleur.
    Si je pouvais, j’irais bien accrocher un drapeau vœu là bas…
    Celui de conserver notre amitié en éternelle !

    Gros bisous et à très vite de te revoir. Reste pas là bas hein ???

     » S’il y a un sens qu’on n’utilise jamais assez lorsqu’on regarde le monde, c’est bien celui du cœur. C’est la raison pour laquelle parfois la vie perd ses si belles couleurs.  »
    (Jorge, 12/03/2014)

  2. MOÏSA Sylvie / Mar 13 2014 5 h 14 min

    Coucou ma Lorette ,

    Petite insomnie , j’en profite pour me raccrocher à ton voyage quelques heures … trop court pour rattraper tout ce que je n’ai pas pris le temps de suivre … le temps … précieux temps . Quelle chance tu as et comme j’aimerais être à tes cotés et prendre le temps de m’arrêter , regarder , écouter , dessiner . Tu as tout compris …
    Je rêve de pouvoir vivre ce que tu vis un jour … pas vraiment possible dans l’immédiat 🙂 mais l’idée est plantée . Je vais m’accorder du temps … déjà pour te suivre et profiter de ce qu’il reste du voyage comme tu sais si bien en faire profiter ( même si j’ai une petite préférence pour le papier et compte bien sur le carnet de voyage pour rattraper ce que j’ai raté du début !)

    J’ai lu que tu rentrais quelques mois sur Roanne alors une petite soirée m’aidera aussi à compléter le voyage ? plusieurs petites soirées ? oh oui , au moins … je crois que j’en ai raté beaucoup !

    Je t’embrasse ma Lorette … profites, profites, profites … et prends soin de toi

    • avec1o / Mar 16 2014 16 h 50 min

      Coucou ma Sylvie,
      Comme ça me fait plaisir d’avoir ton petit mot…
      Oui, ne reviens sur Roanne, parce que je n’ai pas envie dans l’immédiat de tirer un trait sur la possibilité d’y rester vivre, alors oui, il y en aura des soirées. Non pas qu’elles se rattrapent, mais que nous en créions d’autres, pour partager dans le futur. C’est à moi de te dire de prendre soin de toi, moi, je ne fais que ça depuis des semaines…
      Je t’embrasse très fort, toi et ta tribu…
      Lorette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :