Aller au contenu principal
15 février 2014 / avec1o

Passage de frontière

Mardi 11 février 2014, mon visa expire dans trois jours. C’est aujourd’hui que je vais mettre les pieds en Chine. Une nouvelle fois, mais pour la dernière fois, on essaie de me taxer d’un tarif quatre fois supérieur au tarif normal pour le trajet entre Sapa et Lao Cai. Je ne sais pas à quoi m’attendre de l’autre coté, mais ça ne peut pas être pire… Je saute du bus pour enfourcher une moto taxi, gros sac sur le dos, petit sur le ventre, en route vers la Chine! Bon, mais il faut d’abord sortir du Vietnam. Étrange sensation lorsqu’on m’autorise à sortir d’un pays, après avoir vérifié et re vérifié que j’étais en règle sur le nombre de jours autorisés à passer dans le pays, que j’ai un visa chinois aux bonnes dates… de me retrouver dans cet espace sans appartenance nationale… Entre deux, no man’s land, bande de terre coincée entre deux nations. J’avais eu ce même sentiment au passage de la frontière Cambodge / Vietnam. C’était la première fois que je passais une frontière terrestre en dehors de nos bonnes frontières européennes. Probable que ce ne soit pas la dernière, il devrait, si tout se passe bien, y en avoir deux supplémentaires avant le 1er avril. J’étais donc hors Vietnam, pas tout à fait en Chine. Il allait falloir montrer patte blanche, papiers valides au service d’immigration (passeport tourné et retourné plusieurs fois), et sac « safe » aux rayons X. Et c’est là que ça a coincé… Ils m’ont demandé expressément d’ouvrir mon gros sac. J’ai très vite mentalement checké son contenu. Certes, j’avais du café vietnamien, du vin rouge de Dalat (présents que je destinais à mon cousin que j’allais visiter à Shanghai), mais j’imaginais que je n’étais pas la seule à faire passer des denrées périssables au delà de la frontière… Non, non, rien de tout ça. C’est ma tête de sac qui les intéressait. Or, que contenait elle? Des livres! Surprise… Les pavés des piliers de la terre (1 et 2), le livre d’Elena, le guide du Laos… Ils ont pris les livres, les ont feuilletés, ont cherché et fouillé dedans. Ils ont même trouvé la petite poche secrète dans laquelle je dissimulais… mon dive log et mon agenda! Quel crime!! J’avais lu dans le le lonely du Vietnam qu’ils confisquaient régulièrement les guides chinois à la frontière. Ça m’avait paru grossier et pour tout dire exagéré. Cette fouille en règle m’a mis le doute. Nous avions parlé pendant nos trois semaines avec virginie des geôles vietnamiennes, mais déçues, nous ne les avions pas expérimentées. Légèrement excitée, je me suis imaginée expérimenter les prisons chinoises… Et bien non, déception, tout passait, je n’avais qu’à poursuivre mon carnet de voyage, sans passer par la case « carnet de prison ». Enfin, ne jamais dire jamais, le voyage n’est pas fini, les expériences non plus!!!

2 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Jorge / Fév 15 2014 4 h 46 min

    Oh là là… Un jour ma tite Lorette !!!
    Un jour ils vont te garder avec ou sans sac. Mais bon sens…
    Que vas-tu chercher par là bas ?
    Tu sais, c’est beau le Portugal, aussi !!! MDR !!! Et on mange bien aussi là bas…

    Fais attention, prends soin de toi et amène moi tes carnets de dessin au moins, si on ne te les confisque pas avant. Purée…
    Heureusement que tu n’avais des œuvres d’Amélie Nothomb !!!
    Quand on sait à quel point elle préfère le Japon à la Chine…
    Oups… On va peut-être me mettre en prison pour ça, non ?
    L’angoisse devant ces yeux en forme de riz qui fouillent tes affaires et qui semblant voir un truc fantasmant sur un autre.
    L’horreur des frontières, je l’ai connue et tu sais avec qui ???
    Les… Français !!! Et oui, chaque fois que je revenais de vacances avec mon petit porto je me faisait accrocher par les douanes françaises et il fallait payer le tribut en… bouteilles !
    Profiteurs, va…

    Allez, fais vite car je commence à angoisser grave de te savoir sur les mains de ces Gengis Khan modernes…

    Prends bien soin de toi… Je t’embrasse très fort ma tite Lorette… Sniff…

    • avec1o / Fév 15 2014 9 h 24 min

      Jorge,
      Aucune crainte de quoi que ce soit, sinon que je sois en difficulté pour continuer à publier sur le blog les deux ou trois prochaines semaines du fait de la censure chinoise… Compliqué, mais pas impossible, je vais faire de la résistance.
      Je t’embrasse fort
      Lorette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :