Aller au contenu principal
18 décembre 2013 / avec1o

Si on parlait travail?… Ptibaldaoltcholana thnay, neung pika thnay….

Semaine du 9 décembre… Riche en événement!

Visite de mes chefs de mission avec réunion dimanche autour d’un verre au FCC et d’un barbecue au « 54 ». On passe en revue le planning de la semaine et notamment dès le lundi, le congrès national de la kinésithérapie, à l’hôpital français Calmette introduit par le Sieur Eng Huot, secrétaire d’état au ministère de la santé que j’avais rencontré il y a 8 ans, dans son bureau, autour d’un thé, avec qui nous avions longuement parlé des khmers rouges…
Matinée à essayer de comprendre une présentation technique en anglais et des interventions en khmer. L’après midi se présente pareil, plus soporifique cependant, le repas est passé par là!

image
Mardi 10 décembre, journée des droits de l’homme et jour férié au Cambodge. Mais pas pour nous! C’est aussi la journée nationale du handicap. Et là, c’est branle bas le combat!!
Réveil 4h, douche au radar, juste une heure et demi plus tôt que d’habitude, bagatelle…
C’est marrant comme à 4h30 les rues sont bien plus tranquilles que 3h plus tard. Le trajet se fait à la frontale, et j’arrive devant la porte close du foyer. Aide des équipes de nuit aux dernières toilettes des enfants tout juste réveillés, et à 6h, dans une ambiance de voyage scolaire, tout ce petit monde prend la route. Arrêt sur le trajet pour récupérer des sandwichs vietnamiens distribués par Timuon. Notre destination, le théâtre Koh Pich sur la nouvelle île du diamant. Paie ta manutention en sortie de bus, paie ton organisation aussi.. Foule de trottoirs pour accéder à la plateforme. Accessibilité, accessibilité… Et pourtant, c’est écrit sur la banderole, grand plan 2014-2018 sur le handicap. Bah, y’a du travail!!

image
Concentration de handicaps en tout genre:
– mental: trisomiques, déficients mentaux..
-sensoriel: sourds (ça signe dans tous les sens, pensée pour maman..), aveugles aux yeux exorbités ou trop enfoncés avec leurs guides comme aide à la marche
– moteur: paralysés cérébraux, amputés, malformés congénitaux, personnes atteintes de nanisme (celle ci mesure maximum 60 cm…), d’amélie (n’appelez jamais votre fille comme ça…), de poliomyélite, de macrocéphalie, de microcéphalie, qui marchent sur leurs malléoles, leurs moignons…
Petit musée des horreurs pour qui ne côtoie pas le milieu. Moi même suis marquée de l’élan de courage et d’énergie de certains estropiés. Les fauteuils (en bois, déglingués, bricolés… Ah on n’est pas au salon handica!!!) sont parqués à l’avant de la scène.
Aux abords du théâtre, gardes en uniformes pas aimables. Fouille à l’entrée, passage sous le portique, le sac aux rayons X (Check mental, qu’y a t il donc dans mon sac?). Ça passe! Froid du vent d’hiver matinal pour les enfants, surfroid de la climatisation…
L’escalator, comme l’ascenseur, sont de grandes curiosités, à la fois angoissants, mais intriquants. Serait ce la première fois? Attente longue et pénible de monsieur Hun Sen, premier ministre ovationné à son entrée dans la salle. Les sourds applaudissent en faisant les marionnettes, l’amphithéâtre est plein, tout le monde est debout pour l’hymne national, le deuxième en deux jours, chanté encore par les mains des sourds beaucoup plus poétiquement que la bande son de mauvaise qualité.
Power nap sur le premier discours.
Allers retours aux toilettes avec les enfants qui réveillent.
Concert pop rock traditionnel.
Visite des stands des différentes associations présentes.
Longueur de la manifestation, certains enfants ont cessé de lutter…
Enfin, on nous libère, et c’est l’heure du repas. Bruit de faïence, pas de discussion. Un repas khmer est étonnamment silencieux. Nous sommes plus de 1000 sous cette tendue, mais aucun brouhaha à l’horizon, les gens mangent, et c’est déjà pas mal!
Nous attendrons encore une bonne heure et demi que nos pass d’entrée soient échangés contre des riels, puis notre bus, sous un soleil de plomb alors qu’ amputés ou personnes en fauteuil se livrent à des courses pieds nus sur le ciment brûlant devant le théâtre.
Nous arriverons à PSE juste à l’heure pour accueillir la déléguée de l’ambassade avec mes chefs de mission et lui présenter le travail réalisé par le département de kinésithérapie de PSE.
On est mardi soir, encore un dîner et une matinée de travail avec Pierre et Gilles et enfin, enfin, je re songerai à dormir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :