Aller au contenu principal
5 décembre 2013 / avec1o

Kampot, kep et koh tonsai…

Sans retouches…

Je sais, c’est terriblement désuet, ennuyeux, ringard, naïvement romantique, bêtement mièvre, et sans intérêt ces couchers de soleil en bord de mer, avec cocotiers et bateaux déglingués en bois… Oui je sais! Sans doute suis je un peu tout ça a la fois, alors tant pis, j’ouvre ma page par cette sotte mise en bouche!

Après takéo et sa fête des eaux, nous avons mis les voiles (heu… La moto, trop petite pour trois personnes et deux sacs, puis le mini van blindé…) vers Kampot et son poivre (et non accessoirement son café), puis vers la mer du golfe de Siam (ça en jette quand même!) à kep (2ème). Mais cette fois ci, nous avons traversé le bras de mer qui nous séparait de l’île du lapin (koh tonsai). Et là, c’est patte patte que nous avons profité de l’environnement. Bains d’eau chaude, massages, dessins, longues discussions, tour de l’île avorté, repas face au coucher de soleil, nuit en bungalow sous la moustiquaire, re-dessins. Un week end prolongé qui se terminait en bord de mer après une mise en bouche un peu intense pour Daniel, que j’abandonnais pour retrouver la capitale …

Photos!

Et quelques dessins inachevés histoire de vous donner envie de venir voir l’exposition à mon retour….

5 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Jorge / Déc 6 2013 5 h 51 min

    Kikou…
    Ahhhhh… Ben voilà !!! Non seulement je te retrouve mais en plus je te vois « travailler » malgré la distraction que les admirateurs puissent éveiller.
    Je suis sûr et certain que tu sais t’isoler mentalement pour noter la « vie ». Cette magnifique VIE !
    N’aie crainte, le soleil qui se couche là bas, ne pourra jamais ressembler à celui que nous avons ici. Même si on le sait le même, il ne lui ressemble pas.

    Et puis, il faut surtout se rappeler que, quel que soit l’endroit ou l’instant, la beauté tout comme la laideur, ne se ressemblent jamais mais elles nous sont toujours offertes avec autant d’attentions et d’amour.
    Si on les mérite, si on la chance de les apercevoir ne serait-ce qu’un bref instant, alors il faut absolument les accepter avec le cœur grand ouvert…
    Ce sont là des cadeaux divins…

    Ab imo pectore

    • avec1o / Déc 6 2013 13 h 58 min

      Jorge,
      Mon Jorge… Tu imagines bien comme je pense à toi lorsque je croque ces petits morceaux de ma vie asiatique… Et comme je regrette que tu ne sois pas à mes côtés à guider ma main, à alléger mon pinceau, à guider mon œil…
      Lorsque je m’excuse c’est avant tout par politesse puisque je vais continuer à n’en faire qu’à ma tête, taureau que je suis, et poster ce qui me semblera bon et beau de poster.
      Je te remercie de tes petits mots, je te remercie encore une fois de ta précieuse présence à mes côtés.
      Je t’embrasse très très fort
      Lorette

  2. JM / Déc 7 2013 14 h 01 min

    Bon au risque d’etre beaucoup moins poétique que les deux commentaires précédents j’ai cherché l’erreur et j’ai pas trouvé! C’est quoi l’erreur????

    • avec1o / Déc 7 2013 17 h 12 min

      Hey, salut jean Marc! Comment tu vas? Et la famille? L’erreur c’est juste ce bidon, c’est vrai quoi, les cambodgiens ont le chic pour polluer leur environnement avec ce genre de détail… Parce qu’avoue que sinon le bateau et l’arbre sont juste magnifiques… (Ok, il me suffisait de me déplacer… Mais j’aime bien les choses moches!!!)

      • JM / Déc 7 2013 18 h 18 min

        Ah ben tu vois ça m’avait pas choqué tant que ca! l’écologie est rarement le premier sujet de préoccupation dans les pays pauvres voir chez nous non plus en ce moment! La famille va bien. A. est arrêtée, G. court partout!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :