Aller au contenu principal
14 juin 2013 / avec1o

petite précision… sur ma mission

J’ai eu cette semaine l’occasion de parler avec 2 personnes qui avaient vu le reportage de dimanche sur l’association PSE. Tous les deux, assez interpelés par le contenu de l’émission se sont questionnés sur ce que j’allais faire là bas. Allais je enseigner? Quelle place pour quelqu’un du médical?

Effectivement Pour un Sourire d’Enfants est une association qui a à coeur de donner aux enfants nourriture, hygiène, sécurité, et par dessus tout le savoir. Leur engagement pour scolariser les enfants est sans limites. Ce jusqu’à la formation professionnelle, condition sine qua non pour que les enfants deviennent des adultes, professionnels compétents et échappent à leur destin de chiffonniers.

Et le médical dans tout ça? Imaginez, PSE à Phnom Penh, une ville dans la ville, 6000 enfants qui arpentent ce lieu tous les jours, imaginez les maux de tous les jours, les incidents, les accidents, et puis des naissances difficiles sur la décharge, le handicap…  vouloir scolariser des enfants, c’est d’abord leur donner la possibilité d’apprendre. C’est d’abord prendre soin d’eux.

Alors il y a 8 ans, à PSE, pour prendre soin des enfants, il y avait des médecins, des sages femmes, des auxiliaires de puériculture, des infirmiers… il n’y avait pas de kiné. Avec Rizière nous avons étudié les besoins, il y en avait : affections respiratoires dues aux émanations de fumées, handicaps, blessures, accidents… On a obtenu des financements, et j’ai établi une fiche de poste, ai fait passer des entretiens et ai embauché Sophea, formidable personne, formidable kinésithérapeute (Cf Cambodia 2005). Elles sont trois kinés maintenant, la dernière étant arrivée en novembre dernier. Comme en France, peu de notions de pédiatrie enseignées lors des études de kiné. Une cliss (classe spécialisée pour les enfants handicapés) et un centre de rééducation se sont montés à PSE. Ma mission sera d’aller travailler avec ces trois kinés, leur transmettre mes connaissances en neuro pédiatrie, échanger de nos savoirs et expérience propres, mettre en place leur travail au sein de ce nouveau centre de rééducation. Tout ça en lien avec le National Pediatric Hospital de Phnom Penh, où je travaillais à mi temps en 2005. PSE n’a pas vocation à être un centre de rééducation, nous l’avons entendu maintes et maintes fois. Mais faire soigner les enfants dans les différents centres tels que handicap international ou cambodia trust coûte cher en déplacement et éloigne sur des temps longs les enfants de leur salle de classe. C’est là où PSE trouve son intérêt à avoir sa propre équipe et son propre lieu de soin.

Bien modeste participation de ma part…

Cela va être mon environnement quotidien pour le dernier trimestre, c’était l’envie de partager cela avec vous. Je continuerai en fin d’année, à travers ce blog à vous donner mon ressenti, à témoigner de cette nouvelle expérience…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :