Aller au contenu principal
3 juin 2013 / avec1o

MYANMAR 2009, le début…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le voyage…

 

Comment naît-il ? Comment apparaît cette idée presque évidente et du coup inéluctable qu’il nous faut aller voir ailleurs, pour découvrir l’Ailleurs ? Même s’il n’y en a pas à chaque fois, s’il n’y en a pas que des bonnes, il sera toujours possible d’en trouver, des raisons. Celles qui animent le voyageur diffèrent de toute façon des autres voyageurs.

Qui est-il ?1

Tantôt le touriste à un, à deux ou à trois, du haut de ses congés payés, parfois monsieur le « plus.de.choses.en.le.moins.de.temps.possible »…

Le tour–de-mondiste, seul dans son tour du monde à lui, celui qui a tout plaqué, qui réalise son rêve sur des circonstances à priori favorisantes…, ceux qui ont posé leurs onze mois de congés sabbatiques, ont acheté leur billet ouvert pour un an, visitent leur 10 pays et plus, s’envoient minutieusement leurs souvenirs par la poste, iront en Asie, et en Amérique du Sud en faisant un détour par l’Australie (organisation, organisation…)…, ceux qui n’ont aucune limite de temps, et qui le prennent…, ceux qui errent, les vagabonds du monde, SDF sans frontière, entre deux mondes bien souvent, celui qui les a vus naître et puis celui qu’ils ont un jour adopté, sans pour autant que la réciproque soit juste,… pathétique parfois.

Ceux qui ont les moyens de faire des bonds spatiaux de manière régulière et prolongée, des curieux de l’au delà frontalier, souvent des sereins, souvent des philosophes…

Ceux qui sont passés de l’un à l’autre…

Etonnamment le voyageur curieux du monde l’est peu de l’autre voyageur. Pas ou peu de confrontation des genres, ou alors poliment, ou alors rapidement, ou encore juvénile, car le jeune voyageur est en quête tandis que le multiple s’autorise à penser tout connaître… le passage de l’un à l’autre relève presque de l’évolution naturelle.

Alors l’Asie, pour un exploit sportif au départ, avec un mauvais ressenti à l’issue des 30 jours de visa népalais. La trajectoire bolivienne se réoriente en terre pol potienne. Ce n’est pas moi qui ai choisi mais bien Phnom Penh qui est responsable de ce virage à 180°. Par la suite, envie d’y revenir mais pas que, alors Thaïlande pour le sens, Pierre puis mes parents pour le partage. Re Thaïlande pour approfondir, et puis border… Birmanie plus que Laos, comme ça, peut être parce qu’on n’irait pas spontanément au Myanmar, parce que je recherche une pointe d’inconnu, de difficultés aussi. Oui certainement… Et puis frontalière avec l’Inde, un peu différente, forcément, de mes limites connues. Alors option choisie, option assumée, option non regrettée…

mingun

Les signes de répression

On ne va pas au Myanmar sans penser à « La Dame »,  Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991. On ne va pas au Myanmar sans se poser la question de l’intérêt du boycott. On ne va pas au Myanmar sans lire sur la politique qui y est pratiquée…

Il est très facile cependant d’oublier la rudesse du régime en cours, tellement le pays  et ses habitants sont beaux, tellement les birmans sourient, tellement nous nous sentons en confiance dans au Myanmar.

Et puis quelques signes qui ne trompent pas, nous ramenant à la terrible réalité quotidienne du peuple.

P1020715Le premier est évoqué dès mon arrivée, avec un couple de suisse dans un commun trajet ferroviaire d’où nous apercevons la prison d’Insein qui abrite les opposants au régime. A portée de vue, hyper protégée, on ne peut qu’imaginer les terribles conditions de détention et de privation de liberté qu’elle impose.

Rapidement et plus concrètement, dans les rues de Yangon, des camions bennes aux barreaux verticaux et des jeunes hommes et femmes entassés les uns contre les autres, dès le petit matin. Zaw Zaw confirme, il s’agit bien d’arrestations nocturnes arbitraires. Il ajoute qu’hebdomadairement, tous les birmans sont obligés d’aller pointer, justifier leur présence, ou leur absence, justifier le qui, le comment, le combien, le pourquoi… justifier pour être surveillé.

La propagande est partout, journaux aux messages pro gouvernementaux, panneaux rouges gigantesques bilingues anti occidentaux…18

Le gouvernement impose des travaux d’ « embellissement volontaire », le travail forcé demeure pratique courante dans le pays (femmes en plein cagnard au bord des routes à réparer, pavés après pavés, les voies de circulation défoncées…)

Il nous faut présenter notre passeport, tout le temps, à chaque enregistrement dans les hôtels (les seuls habilités à recevoir les touristes, besoin d’une licence pour cela…), à chaque trajet en bus, à chaque passage entre deux zones, à chaque entrée dans les sites remarquables. Sentiers auto balisés par ce 02VC35834.

P1030557Je croiserai brièvement le regard de ce prisonnier dans le train qui me ramène à Mandalay. Bracelet de fer autour des chevilles, barres métalliques qui lui relient les mains aux pieds. On lui donne à manger, il ne peut se mouvoir. Que lui reproche t on ? Quelle légitimité à le traiter en animal ?

Les birmans, malgré tout, continuent de sourire, s’autorisant quelques fois même à rire – jaune – de ce gouvernement dictatorial. Misère, misère…

28

Où dormir ? 

Qu’en est-il du choix de l’hôtel ?

En Asie du Sud Est, l’option demeure bien souvent la guest house littéralement « maison des invités », en réalité ceci consiste bien à offrir un service identique à celui de l’hôtellerie, standing en moins. Un des critères majeurs, le prix. Si l’on n’y prête attention, la cherté d’une nuitée obligatoirement répétée quotidiennement crèvera votre budget en un rien de temps. Il est toujours possible, et fortement conseillé de négocier un prix de départ toujours trop élevé, ça marche quasiment à chaque fois.

Deuxième point essentiel, avoir vue sur l’extérieur, pas de cellule, de chambre borgne, de l’air que diable, à bas les odeurs de moisissures et de renfermé ! Eau chaude ?, pas obligatoire… douche dans la chambre ? Facultatif …

A partir de là, je devrais pouvoir trouver un toit tous les soirs…

La première étape est bangkokienne. On m’avait parlé de chambres au dessus de Wat Po, malheureusement, c’est complet, alors contre mon gré, je me dirige vers Kao San Road pour trouver de quoi me reposer. Je rencontrerai Steeve, un canadien au cours de mes pérégrinations, à la recherche lui aussi d’un endroit plus adéquat pour poursuivre son séjour. Cela nous mènera non sans mal dans une pauvre et glauque GH, mais à peu près propre, et très bon marché. Disons que je n’y ferai que dormir… (14h la première nuit, au moins, ça c’est de la rentabilisation !!!).

Quelques nuits particulièrement remarquables… :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– à Nyaungshwe, aux abords du Lac Inle, le Little INN… je suis à peine arrivée, que le propriétaire m’offre de discounter une grande single room avec eau chaude, sdb privative, et petit déjeuner de rêve…: moitié d’avocat comme jamais je n’avais mangé, un morceau de papaye, trois petites bananes, toasts, omelette aux herbes, beurre, confiture, grande théière… le tout (chambrée + petit déjeuner) pour 5$… si c’est ça la Birmanie, je crois que ça va me plaire !je pousserai même le bouchon jusqu’à leur laisser en garde mon sac le temps du trek et à me doucher à mon retour… adorables !)17

P1030098– en trek, dans un monastère, à même le sol sur une natte et un pauvre matelas, juste séparée des murmures des petits moinillons par quelques planches de tek et la barrière de la langue, éclairage à la bougie, coucher comme les poules, lever aux premières lueurs du jour, plus simple, tu meurs…

– à Pyin Oo Lwin, en arrivant, je croise un couple d’allemands, sac sur mon dos et leur demande mon chemin… je ne savais pas à quel point je faisais bien car ils me conseillent d’aller pousser la porte du Royal Hotel, et de négocier serré car venant d’ouvrir ils sont quelque peu en manque de clients. Aussitôt dit, aussitôt fait. C’est donc pour la modique somme de 7$, que je me projette à me reposer dans une quasi suite… télé, frigo (rempli), balcon, eau chaude, shampooing, dentifrice, petit déjeuner en terrasse. Là encore c’était une bonne idée !

– Le New Park Hotel de Nyaung U, ou Melrose Place en Birmanie. On s’était donné Rv au May Kah La avec Daniel et Phil… et puis, finalement non, l’endroit était plus que sordide, pas envie d’y traîner. Alors j’ai suivi un Paul, une Saliha, un Helmut, un Philippe, un Harry… pour quelques jours autour d’un parc, à se croiser, se recroiser, échanger, partager. Ne manquait que la piscine pour parfaire le remaque de la série !!

– chaungta et sa guest au bord de l’eau, petit déjeuner au son des allers et retours de l’eau après le plongeon matinal, toute d’un maillot et d’une serviette vêtue ; dîner de poisson arrosé de bière face à la mer ; chinese tea en soirée, en terrasse, spontanément proposé ; voisins charmants… Hin Tha Hotel et son électricité au son du générateur de 18h30 à 6h30!

– et puis Hispaw avec la Mister Charles GH, et ses cloisons papier de cigarettes, ses commodités extérieures, Mandalay et son premier et dernier étage de la Nylon GH, la froideur de son carrelage blanc, la convivialité de la Sea Sar de Kin Pun, les hauteurs vertigineuses de la mosaïquée White House de Yangon, les nuits en famille autour du foyer lors des treks, à fumer le sheerot et boire le whisky local, les longs, très longs trajets en bus de nuit entre Bago et Inle, Inle et Mandalay, Bagan et Chaungta…

bagan

 

2 commentaires

Laisser un commentaire
  1. Cloarec Guillaume / Juin 3 2013 23 h 07 min

    De te lire me donne envie d’y retourner..un jour !! en attendant,ça à l’air de changer vite, ça s’ouvre sur le monde !
    ha….les plaines de Bagan 😉

    • avec1o / Juin 4 2013 7 h 05 min

      oui, les fameuses… tu les as magnifiquement mises en valeur à travers ce que j’ai vu de ton album photo. j’imagine qu’en grand format, ça doit avoir un côté magique. en tous les cas, en vrai, j’en garde de grands moments!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :